Search for content, post, videos

A la braise ! Part I : Poulet braisé chez Mama Nicole (Akwa, Douala)

Hello tout le monde !
Vous allez bien ?
J’espère que vos marchés marches se passent bien…
Comme vous l’aurez remarqué, les miennes ont quand même diminué… Ce n’est pas facile, le dehors a les dents comme on dit souvent chez nous. Mais on ne se laisse pas faire, on garde le cap, on continue de marcher quand même, parce qu’il paraît la vie c’est le dehors et que si tu dors, ta vie dort et on dort sur ta « chose ». Donc, les amis… Continuons seulement de marcher ! Un jour, ça va payer… 😉

Mes prochaines marches retranscrites ici parleront un peu des quelques coins de braise (j’espère que vous avez bien lu…). Des coins de braise que j’affectionne particulièrement à Douala, et ceci en fonction de l’aliment que l’on veut manger. Cet article en sera la 1ère partie. J’ai choisi de parler des coins de braise, qui pour la plupart sont des plein-airs, si on peut le dire ainsi, parce que les fêtes arrivent et qu’il y aura une fois de plus beaucoup de « mbenguistes » qui vont se déverser au pays. Loin des endroits ‘snob’, class et tout, je préfère souvent leur faire gouter les coins simples du pays, mon mot d’ordre c’est la simplicité… En tout lieu, en tout temps… De  plus, c’est dans ces endroits là que vous ressentez la chaleur humaine du « Mboa », la douceur du pays… De Douala surtout… Je ne le dirai jamais assez, le bonheur commence d’abord à Douala et nulle part ailleurs! Lol !
Pour commencer, je vous emmène chez :
« Mama NICOLE »: Poulet braisé + Plantain pilé / Poisson braisé + frites et ‘miondos’ : 
Chez Mama Nicole, c’est un coin simple mais pas facile à gérer. Simple de par son aménagement et sa décoration. Quand vous y entrez, vous avez tout de suite l’impression que c’est une maison familiale qu’on a transformé en restaurant. Déjà même que pour retrouver le lieu, vous ne trouverez aucune plaque à l’entrée vous indiquant que vous êtes au bon endroit. Seuls les habitués ou encore le nombre de voitures garées à l’extérieur peuvent vous guider.
J’ai découvert cet endroit il y a un peu plus de trois ans. C’est un ami anglophone qui m’y avait emmené pour la 1ère fois. J’avais tout de suite aimé l’endroit. D’abord, comme je l’ai dit, parce qu’il est simple… Une maison avec cour et des tables disposées un peu partout et quelques boucaros le long des murs qui délimitent la place. Pourtant, comme clientèle vous trouverez surtout des groupes d’ami(e)s dont la moyenne d’âge se situe entre 30 et 45ans, surtout qu’à l’époque l’endroit n’était alors pas très connu. Donc aucune chance de trouver des adolescents là-bas. On avait commandé du poulet braisé et c’était la 1ère fois que je goûtais au plantain ‘tapé’* qui était servi en accompagnement.
J’y suis repartie l’année passée avec des amis, Brice et Mymy. Mymy étant de passage au pays pour ses congés. Et dans le but de lui faire découvrir un endroit calme mais où l’on peut profiter de la douceur du « mboa » autour d’un bon poulet braisé, je l’invitais avec Brice, à y faire un tour. Le demi-poulet braisé coûtait et coûte toujours 1500 Fcfa et le poulet entier braisé est à 3 000Fcfa, avec des portions de plantains tapés offertes, si je me rappelle bien. Malgré les maigres cuisses de poulets qu’on avait mangé, on avait tout de même passé un agréable moment en discutant et en dégustant les petits morceaux de poulet que l’on nous avait servi avec « piment sucré aromatisé sur ça » et nos jus d’une des brasseries locales, pour faire descendre tout ça. Les petits moments de plaisir qui vous font ressentir le bon vivre du pays, je vous assure ! Même si elles datent d’un an aujourd’hui, je crois que les photos restent assez parlantes 🙂 ! (Avec le risque de me faire trucider quand les concernés verront leurs photos ici, Mymy et Brice, je tenais quand même à vous dire que je vous aime beaucoup lol !)
Dégustation et bonne ambiance 🙂

 

La douceur du « Mboa »… Du pays…
Cette année-ci, j’y suis allée deux fois, faisant encore découvrir l’endroit à un ami qui avait perdu ses repères à Douala. En payant la facture, il trouva le rapport qualité-prix plutôt bon, surtout qu’il avait beaucoup aimé l’endroit. Ce plein-air, l’atmosphère conviviale et tout, il était heureux, je vous dis! Et la dernière fois que je suis retournée chez Mama Nicole, c’était avec un autre ami et business partner, William. Lui, par contre je crois qu’il n’avait pas trop aimé l’endroit, déjà qu’étant amateur de maquereau braisé, il n’y avait pas maquereau en vente ce soir-là, juste des bars et soles, et en plus les prix des poissons commençaient à 9 000 Fcfa, que le braiseur a finalement voulu nous le laisser à 7 000 Fcfa. William a dû se rabattre en me rejoignant dans la commande du poulet. Nous avons pris un poulet chacun. Ensuite, nous n’avons pas vraiment eu les oreilles tranquilles (je pense surtout qu’on était mal placé), on n’a pas arrêté d’être sollicité par les artistes (chanteurs et humoristes) ambulants de la place, qui tour à tour faisaient le tour de table pour avoir un peu de « motivation » (d’argent) après leurs prestations. Et ces jeunes comédiennes qui à elles aussi faisaient le commerce du film camerounais dans lesquels elles jouaient. Dans l’intention d’encourager, William a dû acheter un de leurs films qu’il m’a offert et que j’ai eu la désagréable surprise de constater une fois chez moi, qu’il n’avait pratiquement pas de son! J’étais dépassée…
Mais malgré tout cela, je ne sais pas pourquoi… « Chez Mama Nicole » reste l’un de mes endroits préférés, juste pour le cadre simple et le poulet braisé avec plantain tapé lol ! Non mais plus sérieusement parce que je crois que de l’endroit se dégage une atmosphère familiale où l’on se sent tout de suite à l’aise. La tranche d’âge de la clientèle tourne désormais autour de 25 à 40 ans. Mais la dernière fois que j’y étais, il y a avait pas mal d’expatriés, hommes comme femmes, ou plutôt des touristes à qui on faisait découvrir le coin entre amis ou en famille. Concernant la bouffe, elle est assez bonne sinon moyenne, mais vraiment, les poulets servis là-bas sont (trop) petits hein! Pour le poisson je ne peux pas vous dire, vu que je n’en ai jamais mangé là-bas. Et si vous y allez, je vous conseille de vous asseoir dans l’un des boucaros, vous y serez moins dérangés.
« Chez Mama Nicole » se trouve sur la Rue Bernabé, en venant de la salle de fête d’Akwa (l’autre sens étant interdit). Une fois que vous prenez la rue Bernabé, vous ne trouverez pas de plaque. Arrêtez-vous juste là où vous verrez plusieurs voitures garées, témoignant de la fréquentation du coin, autour d’un portail blanc. Un battant du portail est ouvert, vous pourrez guetter pour vous rassurer que vous êtes bien au bon endroit.
Bon appétit !
*Plantain tapé : Banane-plantain aplatie après avoir été grillée ou encore frit.

1 comment

  • Bonjour,

    Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
    Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?

    Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.

    Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez.

    La formation est livrée avec 600 000 ebooks et 7 vidéos.

    Voici le lien: http://revenumensuel.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *